mardi, avril 11, 2017

De Lecjo à Lecjoa 1 table.js how to

Suite du tutoriel sur comment créer ses extensions firefox en langage multidirectionnel.

La logique est toujours ce qui est le plus simple à l'entendement. Un ordinateur ne sera jamais logique de par sa nature, et de ses croyances de construction.

De tous temps, j'ai entendu dire que les ordinateurs sont d’excellents calculateurs. Qu'ils savent compter d'une manière rapide, sans faire d'erreur. Qu'il sont construit sur la logique, qu'à la base, c'est une simple porte de transistor qui dans sa partie faible tension est dans une position et dans sa partie haute tension est considéré dans une autre position. Soit deux positions avec une zone de sécurité nommée zone indéterminée de tension.

D'un point de vue technologique, c'est un peu incohérent de reproduire l'action d'un électroaimant sur un contact, mais le problème est bien plus grave. Le problème est que ces machines sont présentées comme des calculateurs sans faille. Nous sommes formaté à croire que la logique n'a qu'une loi à suivre, nous sommes formaté à croire que la logique n'a qu'un seul chemin déterminé vers un absolue. Nous sommes formaté à croire que les machines savent compter.

Oui, mais la réalité est bien différente des croyances, du formatage, c'est un peu comme devant le distributeur de café à pièces, quand un grain de sable change le poids d'une pièce et que celle-ci est perdue. Il n'y a pas de dialogue, sur l'oxydation, l'usure, l'usage, il y a une croyance qui génère une règle présentée comme logique.
Ainsi j'ai pu m’apercevoir, il y a maintenant presque deux décennies qu'un calcul logique d'analyse fin que j'avais effectué à la règle à calcul, ne pouvait pas être reproduit par les différents tableurs informatiques testés !!!
Plus récemment en travaillant en équipe sur le format audio abadie.jo j'ai pu m'apercevoir que nous ne pouvions pas utiliser les ordinateurs comme calculateurs. Au début je demandais aux machines de calculer les différentes valeurs de pressions afin de générer l'audio au format compatible avec les cartes sons. Je créais le son de la voyelle i, j'envoyais le code générateur à un dev, il me déclarait entendre le son u, je reprenais le code pour écouter, et j'entendais le son é. Ok, il y avait toujours les lois d'une voix humaine, mais les résultats des calculs étaient assez aléatoire pour générer des voyelles différentes. J'ai donc créé une demande d'opération à une machine que j'ai répété à plusieurs reprise après avoir éteins la machine entre chaque demande. J'ai comparé et mis en évidence que les résultats changeaient.

Comme nous ne pouvons pas demander à une machine de faire quelque chose quelle ne sait pas faire, nous allons créer un tableau contenant toutes les réponses possibles, et ensuite adapter le code pour qu'il aille chercher les réponses sans à avoir de calcul à faire.  De plus la lecture d'un adressage consomme beaucoup moins d'énergie et ait bien plus rapide qu'une opération mathématique.

De l'usage et des idées.
Comme dans l'étude du choix des imprimantes, pour construire notre tableau de réponses possibles, nous allons mettre en équilibre les différentes dimensions aux lois différentes.
1- Objectif utiliser peu de ressources pour obtenir un rendu acoustique couvrant les capacités physiologique humaine.
2- Les lois minimale imposée de d'acoustique
3- Les conventions des différents langages informatiques possibles

table.js sous la forme proposée table.js

 Historiquement, les avancées technologiques en acoustique, ont pris deux voies. L'une qui allait du concept à la réalisation (les différents générateurs sonores, comme les instruments de musiques), l'autre qui reprenait les techniques animal (imitation). L'imitation a fait une grande avancé quand nous nous sommes aperçu que la variation de pression pouvait être mise en mémoire à l'aide d'une pointe sur un objet. Le mouvement de l'objet crée une base de temps qui permet de garder en mémoire les variations de pressions.
Aujourd'hui les cartes audio n'ont pas changées, elle sont toujours sur ce même principe d'imitation. Nous n'avons qu'à créer une suite de valeurs indiquant la pression et une base de temps pour indiquer à qu'elle vitesse les reproduire.
Notre tableau ne contiendra donc que des valeurs de pression.

Dans le cas d'un son imité, un format audio de deux octets est correct et peu d'oreille arrive à faire la différence avec un son plus lourd. Considérant qu'un son modélisé peu produire le même son de différentes manières, construire une table sur deux octets est largement au dessus des capacités physiologiques de l'homme.

Toujours avec le même argument offert par les possibilités de la modélisation, j'ai pris des repères qu'en des points de 1 octet. En plaçant l'origine acoustique sur le point de pression ambiant, cela permet de réduire encore par deux le nombre de cas, soit un demie octets, 128 cas


Les cas possibles sont calculés en utilisant trois paramètres, le temps, la pression, la distance. En utilisant une distance fixe, cela permet une valeur du nombre sans dimension nommé jo, fixe. Il s'entend que cette valeur peut-être modifiée, mon site internet contient plusieurs tableaux différents. En exemple, il est facile de séparer des voix d'un fichier audio actuel, tout simplement en faisant le trie par valeur de jo.

Dans tab1jo17 nous avons une valeur, dans tab10jo17, nous avons dix valeurs, en fait c'est comme une base de temps limité à 256 (symétrie par rapport au centre de la variation) sur un repère de format acoustique de 44100 pour faire une seconde.


Cinq minutes de rire pour un adulte, durent une éternité pour un enfant.

Aucun commentaire: